Accueil » Actualité » Alors que le monde observe la propagation du coronavirus et les manifestations aux États-Unis, une nouvelle série d’affrontements au Kosovo pourrait aboutir sur une nouvelle guerre des Balkans.

Alors que le monde observe la propagation du coronavirus et les manifestations aux États-Unis, une nouvelle série d’affrontements au Kosovo pourrait aboutir sur une nouvelle guerre des Balkans.

 
Temps de lecture : 3 minutes

À Pristina, le Premier ministre, Albin Kurti, qui a torpillé les négociations avec Belgrade, a été habilement renvoyé. Son successeur a déjà ouvert la voie au dialogue, rapporte Eugene Gaman, spécialement pour News Front.

Une seule chose est claire: pour la Serbie, la perte du Kosovo ne signifie rien de bon.

« La Serbie ne sera pas tendre » , a déclaré sans ambages le président Alexander Vucic, qui prédit une forte pression des États-Unis concernant la reconnaissance du Kosovo, avant d’ajouter : «Ils veulent que la Serbie reconnaisse pleinement le Kosovo comme un État indépendant, ce que nous ne voulons naturellement pas. Tout le monde essaie de nous enseigner et de parler d’une solution de compromis là où il ne peut pas y en avoir» .

Le problème est que le compromis est très douteux. Le Kosovo recevrait la reconnaissance tant attendue de son indépendance, et les États-Unis, une victoire ostentatoire en politique étrangère. Et pour la Serbie? Abandon d’intérêts et cause de déstabilisation interne? Bien sûr, nous ne devons pas oublier la perspective de devenir membre de l’OTAN, une alliance qui a lancé des bombardements «humanitaires» sur les Serbes il y a deux décennies.

La position de Belgrade dans la direction du Kosovo ne s’est pas renforcée avec le temps, et Washington utilise maintenant tous les leviers possibles pour clore le dossier de l’élection présidentielle.

Il peut sembler que tous les atouts se sont désormais accumulés de l’autre côté de l’Atlantique. Mais même dans le meilleur des cas pour les États-Unis, il y avait des forces capables d’éclipser les plans de propagation de la «démocratie» . Anticipant un triomphe, il est important pour les responsables étrangers de se souvenir de la leçon des jours passés à Pristina.

Il y a 21 ans, l’opération sanglante de l’OTAN en Yougoslavie a pris fin. Des milliers de vies innocentes à jamais perdus, les bombardements se sont apaisés, des forces de maintien de la paix ont été déployées au Kosovo. Le groupe de l’OTAN était basé en Macédoine et le commandement de l’alliance a déjà pris en charge l’aéroport de Slatina pour ses besoins. C’était le seul aéroport de la région capable d’accepter des avions civils et des avions militaires, il était prévu de le prendre le 12 juin, mais le bloc de l’ouest ne s’attendait à recevoir une surprise désagréable, les Russes.

Dans la nuit du 12 juin, un bataillon de troupes aéroportées a avancé de la Bosnie au Kosovo. Il devait devancer l’OTAN, prendre le contrôle de l’aéroport et y attendre les principales forces russes. Sur 600 kilomètres, l’armée est entrée à Pristina vers 2 heures du matin. Les Serbes qui habitaient la ville ont accueilli les Russes avec joie. Les gens sortaient, portaient des fleurs et des fruits.

Leonid Ivashov, qui au cours de ces années a occupé le poste de chef de la Direction principale de la coopération militaire internationale du ministère russe de la Défense, a déclaré plus tard qu’il avait demandé aux militaires de faire preuve de prudence afin de « ne pas blesser, ne pas éclipser la joie » .

Selon lui, les Serbes sont alors venus à la rescousse. Ils ont demandé aux gens de partir et le bataillon est arrivé à l’aéroport, devant les forces de l’OTAN.

Ces événements peuvent être comparés à la chronique militaire de la Grande Guerre patriotique. Tout comme les soldats soviétiques ont été accueillis par les habitants des villes libérées des occupants nazis, les Russes ont été accueillis par les Serbes après plusieurs mois de bombardements de l’OTAN. Cette nuit-là, la Russie n’a pas seulement pris l’initiative de l’alliance, pas seulement établi le contrôle de l’aéroport. Elle a donné de l’espoir aux gens, renforcé la foi dans les relations fraternelles des deux peuples.

Aujourd’hui, les États-Unis tentent à nouveau de priver les Serbes d’espoir. Washington montre par tous les moyens que Belgrade devra encore se plier aux conditions dictées par l’Occident.

Mais dans leurs aspirations ambitieuses, les États doivent se rappeler qu’il suffit d’un matin pour que les Russes modèrent lourdement la ferveur américaine.




0 0 vote
évaluer l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
x

Check Also

Le secret des francs-maçons – le code maçonnique… qui pourrait révéler un sinistre calendrier annonçant la fin du monde pour 2022.

   Enfin nous découvrons la véritable histoire des Francs-Maçons, la plus secrète des sociétés secrètes. ...

0
évaluer et laisser un commentaire.x
()
x