Accueil » Actualité » Covid-19, « psychopathes » et « négationnistes » : vers un totalitarisme via la psychiatrisation médiatique de masse punitive
Camera at media conference

Covid-19, « psychopathes » et « négationnistes » : vers un totalitarisme via la psychiatrisation médiatique de masse punitive

 
Temps de lecture : 4 minutes

Alors que les mesures gouvernementales s’accentuent, les médias mainstream emboîtent le pas pour combattre les sceptiques aux masques ou aux « gestes barrières ».

L’anathème « complotiste » ne suffisait plus. Il fallait quelque chose de plus radical et de plus direct dans la provocation : pourquoi pas « psychopathe » ? Aujourd’hui, les réfractaires, les opposants, ou les sceptiques aux gestes barrières sont désormais associés à la psychopathie et au négationnisme pour taire tout débat.

 

◆ L’émotion plutôt que la raison

Samedi dernier (25/07), le site de la chaîne CNews se faisait l’écho de « deux études polonaises très récentes » selon lesquelles « il y aurait un lien entre certains traits de personnalité d’un individu et sa réaction face aux mesures restrictives mises en place pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 ». « Les personnes narcissiques, psychopathes et machiavéliques » auraient « moins tendance à respecter les restrictions ou à s’impliquer dans les mesures de prévention contre la pandémie » et « seraient donc moins enclines à porter un masque ou à respecter les règles de distanciation physique. » S’ensuivent quelques précisions émanant de ces deux études, sans qu’aucun lien soit fourni pour permettre de retrouver l’article originel. Pas davantage de références sur le site du Point qui relaie à son tour l’article de Cnews, le lendemain, ouvrant la voie à une multiplication d’échos.

Diverse people holding emoticon

◆ L’inadaptation comme nouveau critère de pathologie mentale ?

Il faut aller sur le site pourquoidocteur.fr pour retrouver les deux études en question. Elles ont été publiées, en un seul article, dans la revue Personality and Individual Differences, le 21 juillet, après avoir été réalisées durant les deux premières semaines de mars. Elles portent sur les mesures préventives en général, et ne se rapportent pas spécifiquement à la controverse actuelle autour du port du masque, qui n’était pas d’actualité alors, même si les conclusions englobent, de fait, le « geste-barrière » dont il est question. Les auteurs se sont proposés d’étudier « l’adaptation ou l’inadaptation du comportement durant la pandémie Covid-19 », plus particulièrement « les rôles des caractéristiques de la Trinité Noire, du narcissisme collectif et des croyances de santé » (Titre de l’article : Adaptive and maladaptive behavior during the COVID-19 pandemic: The roles of Dark Triad traits, collective narcissism, and health beliefs.). Cette Trinité Noire (ou littéralement « sombre triade », Dark Triad) se compose de : psychopathologie, machiavélisme et narcissisme. L’article, dont seuls des spécialistes compétents au même titre que les auteurs pourraient discuter éventuellement la validité, paraît dans une revue universitaire à comité de lecture. Il faut signaler qu’une autre étude similaire a vu le jour il y a un peu moins de deux mois, suggérant, selon le site insider.com qui en a fait état, qu’il existe « une petite corrélation entre les caractéristiques psychopathologiques et le mépris pour la politique de santé publique face à la pandémie ».

◆ La psychiatrisation punitive comme en ex-URSS

On peut et on doit souligner deux choses au moins : 1. Deux articles n’ont pas force de loi. 2. Le propos répandu par la presse en ligne n’est pas – n’est plus – un discours scientifique mais un message politique. Ce message relève ostensiblement de l’instrumentalisation, dans le but pour ainsi dire clairement affiché de stigmatiser une catégorie de la population, en traitant tout bonnement les gens qui la composent de fous et de pervers. Cette démarche n’est pas sans rappeler la « psychiatrisation des dissidences » à laquelle ont (eu) recours les régimes totalitaires, l’ex-URSS notamment où elle devenait « psychiatrisation punitive » au motif généralement invoqué de schizophrénie sous diverses formes.

 

◆ Le terrain de la politique et de l’émotion

On franchit donc un pas dans l’outrance et dans la scission des populations, en même temps que dans le caractère nébuleux des concepts. Car si l’article invoqué est assurément un véritable article scientifique, le terrain sur lequel il est transposé n’est plus celui de la science mais celui de la politique et de l’émotion, l’une et l’autre convolant désormais en noces contre-nature, hélas, comme chacun sait, l’ex-ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ayant décrété, le mois dernier, la primauté de l’émotion sur la loi et le droit. « Je crois que l’émotion mondiale, déclarait-il, s’il faut le rappeler, à propos des manifestations faisant suite à la mort de George Floyd, qui est une émotion saine sur ce sujet, dépasse au fond les règles juridiques qui s’appliquent. » Que ne peut-il pas arriver dans une société où l’un des principaux membres de la pseudo-représentation populaire envoie un symbole d’une telle force délétère ?

◆ Le camp des pro-masque contre les anti-masque

Prenant donc appui sur une étude psychologique, plusieurs sites, les uns emboîtant le pas aux autres, allument un nouveau brasier schismatique. Ou en d’autres termes : le camp des pro-masque jette des noms d’oiseaux à la tête des membres de l’autre camp. Sur le banc des accusés, les réactions paraissent assez sereines, souvent amusées. Un grand nombre d’internautes ont identifié et dénoncé immédiatement le procédé bien connu de l’inversion accusatoire. Certains tournent volontiers la chose en dérision, et prétendent assumer haut et fort la psychopathologie qu’on leur prête, comme pour signifier implicitement qu’elle n’en est pas une.

◆ Un rassemblement de 500 000 personnes prévu à Berlin le 1er août

Cependant, si cette affaire par elle-même ne suffit pas à mettre le feu aux poudres, la grogne gagne du terrain et le schisme se creuse entre “suivistes” et “réfractaires”. Une semaine jour pour jour après la publication de l’article initial pointant du doigt psychopathes et narcissiques, un rassemblement est annoncé à Berlin ce samedi 1er août : 500 000 personnes seraient attendues, ce qui en ferait la plus importante manifestation de ces dernières années en Allemagne. Le site de CNews, toujours le même, présente cette manifestation comme « lancée à l’initiative de groupes identitaires et complotistes », et va jusqu’à parler de « négationnistes du coronavirus et autres membres de groupes d’extrême-droite ». Dans ce nouvel épisode d’une Histoire qui décidément s’emballe, on trouve de nouveau le recours à un verbe décomplexé, les factions dissidentes étant assimilées à l’engeance honnie des « négationnistes » et associées à la frange non moins honnie de l’« extrême-droite ».

 




0 0 vote
évaluer l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
x

Check Also

La magie du COVID :Le CDC a inclus dans son décompte des “morts du COVID” les cancéreux, les malades de la grippe mais aussi…les suicides, homicides et empoisonnements

   Pire, on retrouve + de 85 000 décès qui ont comme cause “Toutes les ...

0
évaluer et laisser un commentaire.x
()
x