Accueil » Actualité » « J’ai peur » : les résidents de Seattle vivant près de la CHOP ont peur pour leur sécurité

« J’ai peur » : les résidents de Seattle vivant près de la CHOP ont peur pour leur sécurité

 
Temps de lecture : 2 minutes

Une chaîne de télévision d’information en continu est inondée de messages de personnes vivant dans la peur.

De nombreux habitants de Seattle vivant près de la zone de protestation organisée du Capitole (CHOP) qui a été prise en charge par les manifestants de Black Lives Matter disent qu’ils ont peur et craignent pour leur sécurité.

Un homme a déclaré à la station d’information locale King 5 que lui et sa fiancée, qui vivent près de Cal Anderson Park, qui est occupé par des manifestants depuis deux semaines, vivaient dans la peur.

« Nous ne sommes même pas là la plupart du temps. J’ai peur de vivre ici. Ce n’est tout simplement pas propice », a-t-il déclaré.

« Ce que vous attendez d’un foyer, c’est un environnement sans stress. Vous voulez pouvoir bien dormir, vous voulez vous sentir à l’aise et nous ne nous sentons tout simplement pas à l’aise en ce moment », a-t-il ajouté.

La station d’information a déclaré avoir reçu « de nombreux » courriels de personnes similaires souhaitant rester anonymes qui ont toutes dit craindre pour leur sécurité.

Les sentiments sont similaires à ceux exprimés par un autre résident dans la vidéo ci-dessous, qui dit avoir entendu des cris de terreur et des coups de feu chaque nuit dans la région.

Interrogé sur ces préoccupations, l’un des occupants de la CHOP a répondu : « Si cela les met mal à l’aise, je ne peux pas imaginer ce qu’ils ressentent à l’idée que des Noirs soient assassinés par la police. »

Les crimes violents ont augmenté de 300 % depuis la prise de possession de la zone, les vols et les viols devenant monnaie courante, bien que le maire Jenny Durkan ait proclamé que le mouvement était un « été d’amour » potentiel.

Rien n’indique quand les occupants de la CHOP vont partir ou si la police prévoit de récupérer le bâtiment saccagé du quartier.

On se demande comment les médias, qui ont toujours affirmé que la région est « pacifique » malgré les preuves accablantes du contraire, réagiraient si une milice armée de droite prenait le contrôle d’un poste de police et occupait une partie d’une grande ville américaine.

Il est probable qu’ils ne qualifieraient pas la situation de « pacifique ».




0 0 vote
évaluer l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
x

Check Also

Covid : la loi permettant de limiter les déplacements et les rassemblements prolongée jusqu’en mars 2021 !

   L’exécutif se prépare à une longue gestion de crise sanitaire. Jean Castex a annoncé ...

0
évaluer et laisser un commentaire.x
()
x