Accueil » Actualité » L’UE choisit une approche pragmatique concernant la Chine et s’éloigne de la position adoptée par les États-Unis

L’UE choisit une approche pragmatique concernant la Chine et s’éloigne de la position adoptée par les États-Unis

 
Temps de lecture : 2 minutes

Bien que l’attitude de l’Union européenne (UE) sur certaines questions liées à la Chine soit selon moi influencée par les États-Unis, l’Europe ne suivra pas aveuglément les mesures américaines pour s’opposer à la Chine, mais encouragera de manière proactive le développement des relations sino-européennes dans l’ère post-pandémie de COVID-19. Tel est le message que l’on peut tirer du 10e cycle du Dialogue stratégique de haut niveau Chine-UE qui s’est tenu mardi par vidéoconférence.

« Il est clair que la Chine a une ambition mondiale. Mais en même temps, je ne pense pas que la Chine joue un rôle qui puisse menacer la paix mondiale », a déclaré à la presse le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, lors d’une conférence de presse après le dialogue. Il a également indiqué que l’UE respectait la voie de développement choisie par le gouvernement chinois.

De toute évidence, l’UE n’a pas fait écho à l’attitude des États-Unis, qui semblent selon le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi « vouloir lancer une nouvelle guerre froide contre la Chine ». En tant que partenaires traditionnels des États-Unis, les pays européens dépendaient beaucoup des États-Unis en termes de diplomatie et de sécurité. Mais maintenant, alors que les relations sino-américaines deviennent tendues et que l’administration Trump prône sa politique « America First », de nombreux pays européens s’éloignent des positions prises par les États-Unis et ont commencé à rechercher une plus grande autonomie diplomatique. Ils ont en outre réalisé l’importance de coopérer avec la Chine et de maintenir le multilatéralisme.

Il y aura davantage de différences sur les questions liées à la Chine entre l’UE et les États-Unis. Par exemple, l’UE a tout comme les États-Unis exprimé ses « graves préoccupations » concernant la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, mais M. Borrell a également noté qu’il ne pensait pas que « les sanctions étaient le moyen de résoudre les problèmes avec la Chine ». L’UE essaie ainsi de se distancer de l’attitude des États-Unis, qualifiée d’« agressive » par la Chine. Face à une intense concurrence sino-américaine, l’UE ne placera pas l’idéologie au-dessus des intérêts nationaux, mais évaluera rationnellement ses relations avec la Chine et les États-Unis.

« Un rival systémique promouvant des modèles alternatifs de gouvernance » – c’est ainsi que la Commission européenne a décrit la Chine dans un rapport officiel publié en mars 2019. M. Borrell a déclaré comprendre que le terme « rival systémique » soit un peu controversé pour la Chine, ajoutant « qu’il est clair que nous n’avons pas le même système politique » et avançant que la Chine est encore nécessaire dans de nombreux dossiers internationaux.

Cela reflète l’attitude pragmatique de l’UE et sa position différente de celle des États-Unis sur les systèmes de gouvernance et d’autres questions idéologiques. Selon Beijing, les États-Unis « considèrent la montée de la Chine comme une menace et attaquent le système chinois », mais les propos de M. Borrell montrent que l’UE respecte la voie choisie par le gouvernement chinois et souhaite relever les défis mondiaux avec la Chine.

La Chine se félicite que l’UE développe avec elle des relations globales et stables et protège conjointement l’ordre mondial multilatéral. La pandémie de COVID-19 qui fait rage a en outre prouvé que le monde ne pouvait survivre sans multilatéralisme. Le choix de l’UE, en tant que pôle mondial important, en est sans aucun doute un indicateur.




    0 0 vote
    évaluer l'article
    S’abonner
    Notifier de
    guest
    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires
    x

    Check Also

    Coronavirus, un APPEL de soignants belges : Stop à la politique de la peur et aux mesures disproportionnées !

       Nous sommes des citoyens belges mais nous sommes aussi des soignants de tous horizons, ...

    0
    évaluer et laisser un commentaire.x
    ()
    x