Accueil » Actualité » Méga fake news: un simple incident lié à une fuite du gaz transformé en un «pétard nucléaire», Que s’est-t-il réellement passé?

Méga fake news: un simple incident lié à une fuite du gaz transformé en un «pétard nucléaire», Que s’est-t-il réellement passé?

 
Temps de lecture : 3 minutes

Le duo Mossad/CIA qui se targue de ne connaître aucune limite à son action, où que cela se passe, a-t-il réussi à faire sauter « les sites balistiques sous-terrains » iraniens à l’est de la capitale Téhéran? À en croire la presse atlantiste ou encore israélienne, qui ne craint guère le ridicule, cette explosion produite jeudi dernier tard dans la soirée laquelle a crée une « luminosité orange », et que cette même presse localise volontairement comme ayant eu lieu non loin de Parchine, aurait effectivement visé les sites balistiques de l’Iran. Le nom de Parchine cette localité de l’est de la capitale dont le nom est apparu en plein pourparlers 5+1 étant utilisé visiblement pour donner une dimension « nucléaire » à cet incident. 

Au fait des sources golfiennes sont allées jusqu’à frôler le ridicule en évoquant un «essai nucléaire qui aurait tourné mal», soit puisque les Iranien ne savent pas s’y prendre, soit pour cause d’une attaque électronique de Tel-Aviv, assoiffé de vengeance après que l’Iran eut bousillé il y a à peine un mois ses installations hydrauliques. 

Alors, une bombe nucléaire explosée en plein Téhéran?! Juste pour info :

si c’était du nucléaire , il y aurait émission de rayons Gamma et dans ce cas, les satellites-espions américano-israéliens si largement présents dans l’espace de la région n’auraient pas manqué d’en faire rapport à l’AIEA qui commence sous la présidence de Grossi à faire du suivisme pro-Israel pur et dur.

Que s’est-t-il passé? Vendredi 26 juin au matin une explosion s’est produite dans un réservoir de gaz dans l’est de Téhéran à la périphérie d’une des bases militaire. Un incident comme mille autres qui se sont déjà produits à travers le monde sans que les médias en fassent une montagne : en France par exemple qui abrite l’une des principales organisations terroristes anti-Iran, Organisation de Mojaheddin du Peuple, dont les membres ont activement participé à la « fakenewsiation » de l’incident du jeu, on ne parle presque plus de cette explosion au sein de l’entreprise Lubrizol en 2019, même si les experts ont parlé d’un grave incident à l’effet chimique. Aux premières heures de la matinée de vendredi, le porte-parole du ministère de la Défense en expliquant les causes de cette explosion a annoncé : « Cette explosion s’est produite dans un réservoir de gaz dans la région de Partchine. Les soldats du feu se sont immédiatement rendus sur les lieux mais l’incident  n’a fait aucune victime. » Pendant la journée, la TV d’État a meme diffusé les images tournées sur les lieux de l’incident et prouvé par A + B qu’il n’y avait eu ni l’explosion des stocks du combustible solide souterrain, ni une cyberattaque encore mois un essai nucléaire.

Mais cela n’a pas suffi : les médias mainstream ont publié des images satellites qui mettaient en scène une incendie de la couverture végétale autour du réservoir en question. Pour avoir été prise par des satellites israéliens, l’image n’en reste pas moins confuse suscitant tout de suite cette question :  « Comment une explosion pourrait-elle s’être produite sous terre  et avoir provoquer un incendie propre à brûler la broussaille sans avoir créé au préalable au moins un trou? La vidéo et les photos diffusées de l’incident montrent très clairement une explosion limitée non pas sous terre mais à la surface et qui n’a affecté en rien quel que site souterrain qui soit. Quant aux cyberattaques supposées israéliennes qui font frotter les mains aux amis arabes de Tel-Aviv, le réservoir de gaz explosé est rechargé manuellement, ce qui rend impossible des attaques électroniques.

À quoi rime donc tout ce cirque? En pleine tentative des États-Unis de prolonger l’embargo sur la vente d’armes à l’Iran et surtout  pour s’attirer le soutien d’autres pays, l’évocation du nom de Parchine est propre à ameuter des troupes. Surtout si on y met une petite touche du combustible solide et une petite dose du mystère du sous sol. Sauf qu’il y ait des mensonges et des mensonges. Certains sont si ridicules qu’on n’ose même pas s’y référer pour les faire démonter.

 




    0 0 vote
    évaluer l'article
    S’abonner
    Notifier de
    guest
    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires
    0
    évaluer et laisser un commentaire.x
    ()
    x