Accueil » Actualité » Un groupe de médecins a exigé que le gouvernement mette au point un plan pour « punir » les personnes qui refusent de se faire vacciner contre le COVID-19, en leur imposant des pénalités fiscales

Un groupe de médecins a exigé que le gouvernement mette au point un plan pour « punir » les personnes qui refusent de se faire vacciner contre le COVID-19, en leur imposant des pénalités fiscales

 
Temps de lecture : 3 minutes

 

Un déni de nombreux services gouvernementaux – et en encourageant les entreprises privées à refuser l’emploi à toute personne qui refuse la vaccination.

Le vaccin contre le coronavirus doit être obligatoire et toute personne qui refuse la vaccination doit être sévèrement punie de manière à ce qu’il lui soit difficile de participer à la société, ont affirmé les médecins dans USA Today cette semaine.

Selon les médecins, les pénalités fiscales, les primes d’assurance plus élevées, le refus d’emploi par des entreprises privées et de nombreux services gouvernementaux doivent être considérés comme une punition pour toute personne refusant le vaccin.

Bien que le groupe admette que la punition semble « anti-américaine », ils insistent sur le fait que se faire vacciner est en fait « patriotique ».

« Bien que les mesures qui seront nécessaires pour vaincre le coronavirus semblent draconiennes, voire anti-américaines pour certains, nous pensons qu’il n’y a pas d’alternative », ont écrit les docteurs Michael Lederman, Maxwell J. Mehlman et Stuart Youngner.

« Pour dire les choses simplement, se faire vacciner va être notre devoir patriotique. »

Il n’y a pas « d’alternative à l’immunité collective induite par le vaccin en cas de pandémie », ont-ils affirmé.

« Une large induction de l’immunité dans la population par la vaccination sera nécessaire pour mettre fin à cette pandémie. »

L’article d’USA Today, publié le 6 août, est intitulé « Vaincre le COVID-19 en exigeant la vaccination pour tous. Ce n’est pas anti-américain, c’est patriotique ».

Selon LifeSiteNews, son sous-titre d’origine (voir capture d’écran ci-dessous) se lisait :

« Rendez les vaccins gratuits, n’autorisez pas les objections religieuses ou personnelles et punissez ceux qui ne seront pas vaccinés. Ils menacent la vie des autres. »

Il a depuis été édulcoré et se lit comme suit : « Rendez les vaccins gratuits, n’autorisez aucune objection religieuse ou personnelle, et créez des mesures dissuasives pour ceux qui refusent les vaccins dont l’innocuité et l’efficacité ont été démontrées. »

Rapport de LifeSite :

Les médecins ont proposé : « Les entreprises privées pourraient refuser d’employer ou de servir des personnes non vaccinées. Les écoles pourraient refuser de permettre à des enfants non vaccinés d’assister aux cours. Les sociétés de transport public et commercial – compagnies aériennes, trains et bus – pourraient exclure les personnes qui refusent les vaccins. Les auditoriums publics et privés pourraient exiger la preuve de l’immunisation pour entrer dans l’établissement. »

Ils ont ensuite expliqué comment un « registre de vaccination sera nécessaire avec les noms inscrits après la vaccination ». Les personnes qui reçoivent le vaccin devraient recevoir des « cartes de certification » avec des dates d’expiration (« la durabilité de la protection par différents vaccins peut varier et peut nécessiter des rappels périodiques »).

Le concept de « cartes de vaccination » ou de registres numériques de vaccins a été lancé peu avant l’apparition du coronavirus et depuis que le virus s’est propagé.

Un article paru en décembre 2019 dans Scientific American décrit la vision des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) qui consiste à intégrer les dossiers de vaccination « directement dans la peau » des enfants.

« En plus du vaccin, un enfant se verrait injecter un peu de colorant invisible à l’œil nu mais facilement visible grâce à un filtre spécial pour téléphone portable, combiné à une application qui diffuse une lumière proche infrarouge sur la peau. Le colorant devrait durer jusqu’à cinq ans, selon des tests effectués sur des peaux de porc et de rat et sur des peaux humaines dans une boîte. »

Le développement de cette idée, dont l’article note fièrement qu’elle évite l’utilisation de « scanners d’iris » qui pourraient violer la vie privée, a été « financé par la Fondation Bill & Melinda Gates ». Elle « est née d’une demande directe du fondateur et philanthrope de Microsoft, Bill Gates lui-même, qui a soutenu les efforts visant à éradiquer des maladies telles que la polio et la rougeole dans le monde entier ».

Le Dr Anthony Fauci, directeur de longue date de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses et l’un des principaux conseillers de Trump en matière de pandémie, a déclaré en avril qu’il pensait qu’il était « possible » qu’un jour les Américains aient à porter des certificats attestant de leur immunité au coronavirus.

« Je pense que cela pourrait avoir un certain mérite dans certaines circonstances », a-t-il déclaré.

Toujours en avril, M. Gates a spéculé : « À terme, nous aurons des certificats numériques pour montrer qui a récupéré ou a été testé récemment ou quand nous aurons un vaccin qui l’a reçu. »




    0 0 vote
    évaluer l'article
    S’abonner
    Notifier de
    guest
    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires
    x

    Check Also

    Covid : la loi permettant de limiter les déplacements et les rassemblements prolongée jusqu’en mars 2021 !

       L’exécutif se prépare à une longue gestion de crise sanitaire. Jean Castex a annoncé ...

    0
    évaluer et laisser un commentaire.x
    ()
    x