Accueil » Actualité » Une étude révèle que certains gouvernements utilisent déjà des applications de traçage des contacts pour la surveillance de masse

Une étude révèle que certains gouvernements utilisent déjà des applications de traçage des contacts pour la surveillance de masse

 
Temps de lecture : 3 minutes

Pendant des mois, des experts en matière de protection de la vie privée comme Edward Snowden ont mis en garde contre les gouvernements qui utilisent des applications téléphoniques de traçage des contacts pour effectuer une surveillance massive des populations.

Comme la plupart d’entre nous le savent, les gouvernements espionnent déjà les citoyens nationaux, mais s’ils ont accès aux données des applications de traçage des contacts, cela leur donne un outil supplémentaire qui leur permet de se faire une idée plus précise des activités quotidiennes de chacun.

Le groupe de défense des droits de l’homme Amnesty International a mené une étude analysant les applications de traçage des contacts COVID-19 et a constaté que les applications pour au moins trois pays, la Norvège, le Bahreïn et le Koweït, présentaient de dangereuses failles en matière de sécurité. Les chercheurs ont examiné un grand nombre des applications de recherche de contacts les plus répandues dans 11 pays différents : Algérie, Bahreïn, France, Islande, Israël, Koweït, Liban, Norvège, Qatar, Tunisie et Émirats arabes unis.

Les applications qui présentaient les pires failles de sécurité recueillaient directement des données GPS des utilisateurs qui correspondaient à leur identité, tandis que les applications les plus sûres s’appuyaient sur des signaux Bluetooth anonymes.

Dans un cas étrange, l’application de traçage des contacts appelée « BeAware Bahrain » a été utilisée pour recruter des participants pour un jeu télévisé. Dans cette émission, intitulée « Are You At Home ? », l’animateur a utilisé des données collectées par le gouvernement par le biais de l’application pour appeler au hasard des personnes afin de vérifier si elles respectaient toutes les directives de distanciation sociale. S’ils étaient considérés comme de bons citoyens, ils recevaient une récompense financière. En téléchargeant l’application, les utilisateurs donnaient sans le savoir leur permission de participer au jeu télévisé.

Claudio Guarnieri, le responsable du laboratoire de sécurité d’Amnesty International, qui a publié l’étude, a déclaré que la Norvège a accepté de supprimer son application de traçage des contacts et de la remplacer par une solution plus sûre après qu’on lui ait présenté les résultats de la recherche.

« Le Bahreïn, le Koweït et la Norvège ont fait peu de cas de la vie privée des gens, avec des outils de surveillance très invasifs qui vont bien au-delà de ce qui est justifié dans les efforts pour lutter contre le COVID-19. L’application norvégienne était très envahissante et la décision de retourner à la case départ est la bonne. Nous demandons instamment aux gouvernements bahreïnien et koweïtien de cesser immédiatement l’utilisation de ces applications intrusives sous leur forme actuelle. Ils diffusent essentiellement les emplacements des utilisateurs vers une base de données gouvernementale en temps réel – il est peu probable que cela soit nécessaire et proportionné dans le contexte d’une réponse de santé publique », a déclaré M. Guarnieri.

De même, le gouvernement de Bahreïn a également promis d’apporter de petites modifications à son application, et permet désormais aux utilisateurs de refuser de participer au jeu télévisé, qui continuera à être diffusé.

Dans une déclaration, les représentants du gouvernement de Bahreïn ont dit : « L’application “BeAware” a été conçue dans le seul but de faire progresser les efforts de traçage des contacts et de sauver des vies. Il s’agit d’une application à adhésion entièrement volontaire… et tous les utilisateurs sont informés de son utilisation du logiciel GPS avant de le télécharger. L’application joue un rôle essentiel dans le soutien de la stratégie du Bahreïn “Tracer, tester, traiter” et a contribué à maintenir le taux de mortalité de Covid-19 à 0,24 %. 11 000 personnes ont été alertées par l’application et ont été prioritaires pour les tests, dont plus de 1 500 se sont révélées positives. »

Dans la plupart des cas, si vous avez téléchargé l’une de ces applications sur votre téléphone et que vous entrez en contact avec une personne dont le test de dépistage est positif, vous recevrez une notification ou un message texte vous informant que vous avez été exposé et le message vous enjoindra de vous mettre en quarantaine à votre domicile pendant deux semaines. Si vous refusez de vous soumettre à la quarantaine, les autorités le sauront, car votre téléphone portable sera réglé pour les avertir si vous quittez un certain périmètre. Quitter son domicile sans téléphone n’est pas non plus une option, car ces applications sont également utilisées pour entrer dans les épiceries et autres commerces.

Dans une interview accordée à Vice l’année dernière, M. Snowden a évoqué les dangers potentiels de cette technologie.




0 0 vote
évaluer l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
x

Check Also

Coronavirus: votre test PCR est positif? Cela ne veut pas nécessairement dire que vous êtes positif, ni contagieux!

   La méthode des tests PCR de dépistage du nouveau coronavirus est remise en question ...

0
évaluer et laisser un commentaire.x
()
x