Accueil » Actualité » vendredi 5 juin 2020 Le déconfinement des français est géré par l’américain Bain & Company, annexe bien connue du Mossad!

vendredi 5 juin 2020 Le déconfinement des français est géré par l’américain Bain & Company, annexe bien connue du Mossad!

 
Temps de lecture : 5 minutes
On retrouve aussi des membres de Bain aux réunions du groupe Bilderberg  et à la Commission Trilatérale . Fumseck
——-
Marianne a publié  un joli scoop  (voir le Rdp de la semaine passée) en affichant que le ministère de la Santé du gouvernement Macron a offert la gestion du déconfinement au cabinet de «management» américain Bain & Company.
Cette information a littéralement sidéré les Français qui, comme vous et moi, sont demandés le «pourquoi du comment»… On n’a pas assez de polytechniciens, d’énarques, de saint-cyriens, d’organisateurs de toutes sortes en France qu’on soit obligé de payer des… Américains pour gérer quelque chose d’aussi stratégique que le déconfinement ???
La semaine passée, je me disais que le nom de cette compagnie me rappelait quelque chose. Et cela m’est revenu. Bain & Co a fait sa fortune dans le «downsizing», entendez par là les licenciements massifs. Quand une multinationale ou une banque veut virer 3.000 salariés ou plus d’un seul coup, elles font appel à Bain, exactement comme la fille que vous voyez au début du film «Margin Call» venant annoncer à chaque personne sur la liste ce qu ‘ elle va recevoir comme chèque de départ tout en lui demandant de prendre toutes ses affaires perso et de partir dans la minute qui suit.
Et devinez qui a fait le plus souvent appel à Bain? Une société que je connais bien et qui a toujours été ma boussole en terme de licence: IBM.
«   IBM embauche Bain pour réduire les coûts et augmenter la productivité. Des initiés ont déclaré à The Reg qu’IBM avait embauché un consultant Bain & Company pour l’aider à tracer la voie à suivre pour GTS… suggérant que l’effectif mondial total de GTS est de 103 000… IBM a révélé dans le graphique, qui citait Bain Analysis comme source, que fondamentalement quelque «30,9 k personnes est le total [des effectifs] impactés »et que 9,3 k de ces âmes devraient être redéployées «,  lire ici Le Registre de 2018  »ou bien«  IBM prévoit de réaffecter 31 000 travailleurs, supprimera 10 000 postes en 2018  »ici sur  TechCrunchNews.
Bain s’est aussi occupé de virer les gens chez le géant de Las Vegas, MGM Resorts: «  Bain & Company conseille MGM Resorts dans le cadre d’une restructuration au Nevada, où l’entreprise emploie 53 000 personnes (et est le plus grand employeur privé de l’État). Les propriétés notables de la société à Las Vegas comprennent le Bellagio, Luxor, MGM Grand, The Mirage et CityCenter (dont il détient 50%). Les 1 000 licenciements s’inscrivent dans le cadre d’une «initiative d’optimisation commerciale» annoncée par MGM en janvier.
Le plan global prévoit de générer une augmentation des flux de trésorerie de 200 millions de dollars d’ici la fin de 2020 et de 100 millions de dollars supplémentaires d’ici la fin de 2021 “, lire  ici Consulting News .
Bain occupé de tous les secteurs, de l’aéronautique ( regardez ici le trombinoscope de leurs cadres de Wahsington ) à l’hôtellerie en passant par la chimie, la banque ou la logistique. Il facture à coup de millions de dollars et ne prend pas de petits comptes. Quand il s’agit de virer 3.000 personnes qui vont vous faire économiser 150 millions de dollars, leur prix sera de l’ordre de 20 à 30 millions de dollars. Petits exemples:
«  Le plan de redressement d’EgyptAir conçu par Bain & Company a décollé selon le chef de la compagnie aérienne Ahmed Adel, avec pour objectif une flotte de 100 personnes d’ici huit ans  » ou «  Andrey Panov, partenaire de Bain & Company à Moscou Andrey Panov rejoint Aeroflot en tant que directeur général adjoint de la stratégie et fonctions marketing «, la société est active aux quatre coins du monde et un accès à tous les chiffres clés des plus grandes entreprises qui lui confient un dossier.
Mais Bain est aussi connu pour escroquer les gouvernements comme en 2018 avec le service des impôts d’Afrique du Sud (SRAS) que Bain était censé réorganiser. Via le NYT:
«  Fin 2018, un nouveau gouvernement sud-africain a enquêté sur le South African Revenue Service pour soupçon de corruption sous l’administration de l’ancien président Jacob Zuma. Il a constaté qu’en  2015, Bain & Company avait facturé 11 millions de dollars pour des projets de conseil,  où la société avait donné de mauvais conseils.
Après avoir interviewé seulement 33 employés sur six jours, Bain a fourni un plan de restructuration qui comprenait la réduction des effectifs du SARS Business Center, qui a généré un tiers des revenus de l’agence fiscale. Une enquête a révélé que Tom Moyane, alors chef du SRAS, avait suivi un processus d’approvisionnement inhabituel en faveur de Bain, avec qui Moyane avait été en contact avant sa nomination au SRAS. »
Via le FT: «   Pravin Gordhan, le ministre des entreprises publiques, a déclaré au Financial Times que le cabinet de conseil américain avait agi de manière encore plus flagrante que d’autres sociétés internationales impliquées dans le scandale de la« capture d’État »en Afrique du Sud, dont McKinsey et KPMG…
«  Il y a un niveau de collusion encore plus élevé à Bain», a déclaré M. Gordhan, qui a accusé la société d’avoir joué un grand rôle dans la capture du service des revenus sud-africain, qui avait été une institution de classe mondiale. M. Gordhan a déjà dirigé le service et est également un ancien ministre des finances.  … Il y a aussi une enquête sur d’éventuels méfaits à la Public Investment Corporation, le plus grand fonds de pension en Afrique »,  lire ici  ou ici  le New York Times ,  ou ici Mail Guardian.za .
Bref, les gens de Bain font du grand n’importe quoi, y compris détruire, entre autres, le système de perception des impôts d’Afrique du Sud avec des conseils bidons.
Si les activités de Bain sont, sur va dire, «classiques» dans le monde du privé, sur n’arrive pas à comprendre comment le Ministère de la Santé a décidé que la France était un pays du  Tiers-Monde , n’ont pas assez de diplômés, au point de confier le programme de déconfinement des Français à Bain & Company. Sans même parler du fait que, historiquement, la société a clairement des attaches claires avec le Mossad israélien. Et qui dit Mossad, dit efficacité radicale: «  Bain & Company est parfois appelé le« KGB du Conseil. »Les clients reçoivent des noms de code. Les employés doivent signer des contrats de confidentialité, promettant de ne pas révéler les noms des clients, et sont tenus de respecter un «code de confidentialité». »  » Comme dans les services secrets.
Et il existe deux Bains: «  Mitt Romney, Benyamin Netanyahu – et l’énigmatique Orit Gadiesh – se sont croisés vers 1973 lorsque Bill Bain et 6 partenaires ont quitté Boston Consulting Group pour former Bain and Company. En 1984, Bain, Romney et deux autres partenaires forment Bain Capital, qui ressemble à une amibe, s’est séparé de la société mère. Ils étaient séparés – mais quelque peu incestueux.
Tout a commencé avec 37 millions de dollars – mais en moins d’un an, Romney’s Bain Capital était sur le point de fermer ses portes …  Romney a pris le contrôle total via la société de gestion Bain Capital Inc. – mais les preuves montrent que le Mossad était le partenaire de contrôle secret.  »
Aujourd’hui, la patronne de Bain & Co est toujours Mme Orit Gadiesh, une ancienne cadre supérieur du… Mossad, elle-même fille d’un général israélien! Sur cette vidéo, elle vous parle du tout numérique à Davos. Bravo au contre-espionnage de la DCRI qui n’a pas eu, a priori, d’objections, ou bien a été mis devant le fait accompli par Macron ou ses adjoints de donner un dossier ultra-sensible à une ramification du Mossad !! !! Dingue.
Davos 2019: les défis de la mondialisation 4.0



    0 0 vote
    évaluer l'article
    S’abonner
    Notifier de
    guest
    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires
    0
    évaluer et laisser un commentaire.x
    ()
    x